Avis et témoignages de nos clients

Ici, retrouvez les recommandations et le retour d'expérience des clients de la boutique. N'hésitez pas à nous contacter pour enrichir cette rubrique.

Le fauchage avec une vraie faux, selon Hervé

Après avoir visionné quelques vidéos sur le maniement des faux, je me suis acheté une faux dans une GSB. J'ai commandé une enclume et une massette à la Frontière, ainsi qu'une pierre et un étui et j'ai commencé par le commencement: battre ma faux. Je n'ai pas trouvé ça très évident au début, j'ai mis ma maladresse sur le compte de l'inexpérience (certaine), jusqu'à ce que j'apprenne que les faux achetées en GSB ne se battaient pas. Mais j'avais déjà battue la mienne. Avec quelques vagues sur le fil de la lame :-)

Et j'ai donc commencé à faucher mon carré de jardin. Comme suggéré dans les vidéos, j'ai au début affûté ma lame toutes les 2 minutes. Puis j'ai commencé à trouver le geste et à n’affûter ma faux que toutes les 3 minutes. Ça progressait.

J'ai regardé le résultat de mon travail, et je vis que c'était bon. Après quelques fauchages, sous les yeux médusés de mes voisins, je me suis dit que j'allais me procurer une faux à la Frontière, voir s'il y avait une réelle différence de qualité par rapport à la mienne, achetée dans la première GSB du coin. J'ai aussi acheté des poignées ergonomiques.

Ma nouvelle faux arrivée (une Falci modèle 126 - La polyvalente), livrée plutôt rapidement, je commence donc par la battre. Déjà grosse différence par rapport à ma lame précédente, la qualité de l'acier. Plus souple, beaucoup plus facile à étirer, il a même fallu que je me calme sur les coups de massettes. Et un gain de temps appréciable. Je suis arrivé à avoir un fil réellement fin, sans trop de difficultés. Il faut dire que j'avais pas mal galéré avec ma lame précédente...qui n'était pas sensée se battre. Donc première impression favorable, et louanges aux fabricants transalpins.

C'est quand j'ai utilisé ma Falci pour la première fois que j'ai été médusé. Oui, il m'en faut peu. Première chose : la qualité de la coupe. J'avais l'impression de manier un rasoir, avec un long manche. Puis la capacité de faucher "ras". Moi qui étais tout fier de mon travail avec ma faux précédente, en me disant que mon herbe n'était pas aussi rase qu'avec une tondeuse, mais on s'en fout. Et ben mon cadet, avec la Falci, si je veux être plus ras que les pâquerettes, c'est possible. J’avais trouvé la Ferrari des faux. Emporté par l'enthousiasme j'ai fauché assez longtemps, affuté régulièrement ma faux, mais à une fréquence plus raisonnable que toutes les 3mn. Le geste vient assez rapidement, et je finis par sentir le moment où je dois affûter ma lame. Vite fait, et c'est reparti. Très content de mon achat, et les poignées ergonomiques me permettent de moins me courber et de respecter mon pauvre dos.

Ce que je trouve sympa dans le fauchage à la main:

  • On ne gêne pas les voisins. Pas de bruit, si je veux faucher à toute heure et n'importe quel jour, pas de problème. Du coup, je regarde maintenant mes voisins d'un air condescendant, en regardant ces pauvres hères et leurs pollutions sonores. Ils n'ont pas encore trouvé le chemin de la vérité.

  • Ce que je trouve sympa aussi, c'est la capacité de choisir de couper ce que l'on souhaite. Et de pouvoir laisser certaines plantes ou fleurs sauvages pousser, au gré des mes envies. J'aime bien les fleurs. Et la bière aussi. Donc capacité de coupe sélective, possible. On commence à rentrer dans la méthodologie. Fichtre, et tout ça avec une faux. Bon ne nous enflammons pas.

Voici mes impressions sur ma faux et le plaisir que j'ai à l'utiliser. Un grand merci à l'équipe de La Frontière de mettre à disposition ces outils, et les vidéos qui m'ont bien aidées. Que ce soit pour la technique de maniement de la faux, mais aussi pour la façon de battre la lame. Mon prochain achat se portera sur des haches, envisageant de me lancer dans l'équarrissage de grumes à la main. A suivre. Je renouvelle mes remerciements à la Frontière et j'apprécie beaucoup votre démarche en général.

Amicalement, depuis la Dordogne. Hervé

Un motoculteur remplacé par une houe

J'ai tout d'abord acheté une houe toscana grand modèle dont je suis ravi, mon sol est lourd et légèrement argileux/pierreux, une fois le geste pris ça fonctionne vraiment bien. On avance forcément moins vite qu'avec un motoculteur c'est évident, mais le travail est bien plus maîtrisé et gratifiant. J'ai eu un peu de mal à trouver un manche en magasin, les magasins de brico classique n'en ont pas ou alors trop court, mais j'ai fini par en trouver un dans un magasin d'agriculture. J'ai fait plusieurs essais d'emmanchement et ce qui fonctionne le mieux pour moi c'est d'enfiler la houe par le dessus et de bloquer l'ensemble avec un coin. Elle a servi au printemps pour convertir une zone de gazon d'environ 70m2 en potager (qui m'a donné une très bonne récolte cette année comme un peu tout le monde je crois), et elle vient de me servir pour préparer cette même zone pour l'hiver.

Content de mon premier achat je suis revenu cette fois pour une hache Rinaldi modèle 302 de 1100gr, une lime plate polyvalente, une pierre "aiguise tout", une plane concave et une lime/rape demi ronde.

Alors pour la hache ravis également, j'ai réussi à l'emmancher correctement mais j'ai préféré sécuriser avec un coin en inox. Le fer est long et même s'il ne paraît pas au premier abord il est relativement polyvalent. Parfaite pour ébrancher au sol ou sur pied, c'est un vrai sabre laser sur les branches vertes jusqu'à 7-8cm environ, qui avec le bon geste sont sectionnés d'un seul coup. Fonctionne très bien pour le débit au sol sur des morceaux de toutes tailles, et contre toutes attentes fonctionne également très bien pour fendre jusqu'à 15-20 cm en fonction de la dureté du bois (à plat et non par le dessus). Depuis les photos j'ai bricolé un peu le manche à la planche afin d'épaissir la prise en main sur l'avant et de dégager une encoche sur le bas, en effet la partie avant du manche étant assez fine elle me faisait un peu mal aux articulations des doigts, mais le problème a été réglé en 30min.

La lime plate polyvalente me sert pour tous les outils, à commencer par la houe que j'ai affinée et reprise plusieurs fois à cause de mon sol un peu pierreux. Je m'en suis servi également pour la hache afin de dessiner le tranchant, la finition se faisant à la pierre. Pas grand-chose d'autre à dire si ce n'est qu'elle m'a fait prendre conscience que toutes mes autres limes devaient être fatiguées tellement celle-ci est efficace.

L'aiguise tout porte bien son nom, elle me sert à tout, aussi bien pour les haches que la plane ou encore d'autres outils que j'ai en ma possession (serpe, couteau, faucille...). Le grain est très fin et permet d'obtenir un tranchant proche du rasoir.

La plane, une fois affûtée correctement est une merveille également, dans le bois vert ou non. Je m'en sers surtout pour bricoler des manches d'outil mais aussi pour écorcer parfois. Vraiment un bon investissement, gain de temps énorme par rapport à une simple rape, et bien sur un résultat plus propre.

Enfin pour la lime/rape elle me sert également à bricoler les manches mais aussi à passer derrière un ciseau à bois pour affiner un ajustement sur des constructions bois. Toute petite, une forme plate et une demi ronde, un côté râpe un côté lime, elle est vraiment très pratique pour tout un tas de choses en rapport avec le bois.

Ça serait mentir de dire que je n'utilise plus de machine, en tout cas c'est vrai pour le motoculteur, je ne l'utilise plus depuis que j'ai la houe et je ne pense franchement plus m'en servir. La houe n'est pas si pénible à utiliser, le geste vient vite et le peu de fatigue qu'elle engendre n'est rien à côté du calme et du résultat qu'elle procure. Pour la hache je ne suis pas encore tout à fait convertie, cela dépend du volume de bois à faire et des conditions dans lesquelles il faut le faire. Perché dans un arbre à faire de grosses sections je suis plus à l'aise avec une tronçonneuse, mais je travaille à ma conversion :) Par contre au sol et particulièrement pour l'ébranchage j'essaie de privilégier les haches. Toujours est-il que la hache n'est pas plus pénible à utiliser qu'une tronçonneuse, il faut juste prendre son temps, être précis et travailler avec du matériel bien entretenu. Enfin, tout comme la houe, travailler à la hache est bien plus gratifiant et procure bien plus de calme qu'avec une tronçonneuse.

Voilà, je pense que j'ai déjà suffisamment parler, pour conclure, tout ce que j'ai pu prendre chez vous m'a plus que satisfait, non seulement par la qualité de l'outillage mais aussi par les échanges qu'on a pu avoir ainsi que par vôtre réactivité.

Kévin

Préparation du sol à la houe
Hache America Rinaldi 302
Houe Toscana Orsatti
Fendre son bois à la hache

A propos de la serpe double tranchant Rinaldi : c’est vite devenu l’un de mes outils préférés : pour faire des fagots ou débiter du petit bois sur un billot, pour tailler un arbuste de haie rapidement, de plus en plus efficace avec un aiguisage et un geste qu’on maitrise au fil du temps.

Pour la houe Piemonte 600 grammes : idéal pour les petits gabarits qui prennent leur temps. Pas de fatigue et beaucoup de précision.

Jérémie

A propos de la lime plate polyvalente : très efficace, et le fait qu’elle ait une face à stries croisés pour faire le gros du travail et l’autre à stries parallèle pour affiner le travail est vraiment très pratique. J’ai trouvé pratique le fait que le manche fasse la même épaisseur que la lime, de la sorte que le manche n’oblige pas à changer l’angle d’affûtage en s’approchant de l’œil de la hache par exemple.

Pour la hache prandi 1300g : après avoir réalisé l’affûtage avec lime et pierre de votre catalogue je l’ai utilisée pour la première fois sur un résineux sec. Le tronc faisait environ 15cm de diamètre. En quelques coups, étant débutant à la hache, le tronc est coupé. C’est effectivement un peu plus long qu’à la tronçonneuse mais pour un outil manuel je suis convaincu. J’ai également fait de l’ébranchage sur ce même arbre, et là j’ai eu la surprise que cela a rapidement émoussé/abîmé le tranchant de la hache. Soit je l’ai mal utilisé, pourtant je suis sûr de ne pas avoir touché de pierre, soit l’acier est plus tendre que je ne l’aurai pensé. Je pense donc utiliser plus cette hache sur des troncs utilisant toute la largeur de la hache, que sur des branches, cela devrait éviter ce problème. Réponse de la boutique : Un seul biseau fin permet d'avoir une excellente pénétration mais ne tiendra pas contre du résineux sec. Pensez toujours à usiner un biseau secondaire d'au moins 25° par rapport au fil du tranchant et ce genre de problème n'arrivera pas. Voir le schéma.

Je pense reprendre la hache trapue type biscayne en 1100g qui est plus petite que la prandi et avec un acier plus dur. Après je ne me vois quand même pas couper d’arbre de grosse section à la main n’étant jamais sur place. J'aimerai avoir un bois au fond de mon jardin, mais je n'ai que des champs, m'obligeant à prendre voiture et remorque pour faire mon bois. Et cela n’aurai, pour moi, aucun sens de faire des allées retours en voiture à vide pour ne pas utiliser de tronçonneuse. Mais quand je le pourrai je n’hésiterai pas à faire le travail à la main, cela étant clairement plus satisfaisant.

Pour la pierre bleue des Ardennes et la pierre aiguise tout, je n’en n’avais jamais utilisé, ou presque, mais en suivant vos conseils, l’affûtage de la hache et machette se fait sans soucis. J’ai juste quelques traces de lime que j’ai vu à la fin de l’affûtage sur la hache, je ferai mieux la prochaine fois…

La petite machette à tout faire, c’est simple, elle est parfaite pour moi. J’ai les avant bras qui fatigue très vite, et utiliser une hachette à une mains pour ébrancher, par exemple, est très compliqué pour moi. Mais cela est beaucoup plus facile avec cette machette, le poids n’étant pas concentré sur le bout d’un manche. Avec l’affûtage que vous conseillez, j’arrive à couper des branches de 2 ou 3cm en 1 ou 2 / 3 coup sans forcer.

Denis

Aiguiser une hache biseau primaire et secondaire

Schéma de réponse à Denis pour illustrer l'angle du biseau primaire et du biseau secondaire. Le primaire défini la pénétration, le secondaire la robustesse.